Le monde des crypto-monnaies est de plus en plus diversifié et, avec un tel éventail de possibilités, les solutions alternatives fleurissent pour aider les investisseurs et les utilisateurs à pleinement tirer parti des technologies disponibles. 0x fait partie de ces projets et vise à fournir un protocole d’échange décentralisé pair à pair pour la blockchain d’Ethereum.


Si vous n’avez pas entendu parler de 0x (ZRX) jusqu’ici, vous n’êtes pas seul ! Voici quelques indications qui vous permettront de mieux comprendre cet acteur relativement récent sur la scène crypto.

 

Introduction à 0x — Qu’est-ce que le 0x ?

 

Au mois d’octobre 2016, Will Warren et Amir Bandeali (qui sont par la suite devenus les cofondateurs de 0x) se sont lancés dans un pari pour voir jusqu’où la technologie de la blockchain pouvait aller. Leur conversation les a conduits à envisager comment n’importe quel actif concevable pourrait être associé à un jeton (ou token) pour le représenter au sein de la blockchain Ethereum. Ces actifs pourraient inclure des actions, des objets numériques proposés dans des jeux vidéo, des métaux précieux et même des devises fiat, qui auraient alors la possibilité d’être tradées en dehors d’un exchange centralisé. Pour pouvoir effectuer des transactions entre ces milliers d’actifs sous forme de tokens, ils ont imaginé un concept légèrement différent des exchanges décentralisés tels que nous les connaissons.

 

Le Projet 0x

 

Le projet 0x est un protocole d’échange grâce auquel des transactions basées sur la blockchain Ethereum peuvent être réalisées en ETH. Il s’agit aussi d’un moyen de rendre un exchange décentralisé exploitable par n’importe qui. Cela signifie que le protocole peut être utilisé comme standard ouvert par tout développeur souhaitant intégrer une fonctionnalité exchange à ses projets et pour laquelle il peut exiger des frais.

 

Le token 0x (ZRX) 

 

0x (ZRX) est simplement le jeton officiel du projet 0x. Les frais appliqués aux transactions réalisées en utilisant le protocole 0x sont perçus en 0x (ZRX). Ces coins représentent également un droit de vote concernant les décisions qui affecteront l’avenir du projet 0x.

 

Comment fonctionne 0x (ZRX) ?

 

Ce qui rend 0x (ZRX) différent des autres exchanges décentralisés est le fait qu’il s’agit d’un système peu onéreux, accessible et rapide. Pour y parvenir, 0x intègre une version décentralisée du trading qui permet d’économiser des frais de Gas et d’alléger le réseau grâce à un relay off-chain pour la diffusion des ordres.


La blockchain Ethereum est au cœur de nombreux exchanges décentralisés basés sur les smart contracts. Ces smart contracts régissent toutes les fonctions d’ordres et de trading, garantissant aux utilisateurs un contrôle total sur leurs actifs, ce que les exchanges centralisés (tels que Bittrex ou Binance) ne sont pas en mesure de proposer.


Avec les échanges décentralisés, chaque fois qu’un trader souhaite utiliser ses fonds pour les déposer dans un smart contract, pour les placer, pour remplir ou annuler un ordre, par exemple, il doit exécuter des transactions sur la blockchain. Comme elles sont effectuées par des mineurs, ces opérations ont un coût — que l’on appelle Gas — qui correspond aux frais que les mineurs reçoivent pour leurs actions. Le problème inhérent à cette solution est que chaque mouvement requiert un paiement qui, même s’il peut sembler minimal isolément, s’ajoute très rapidement à d’autres pour atteindre des sommes importantes. Le temps de traitement est aussi sujet à des variations.


Bien qu’ils soient sûrs et pratiques, les exchanges décentralisés possèdent leurs propres inconvénients auxquels 0x (ZRX) souhaite apporter une réponse. Les relais d’ordre hors chaîne en sont la clé, et ce protocole les utilise en association avec les règlements on-chaîn. Cela signifie que les ordres off-chain sont traités par un autre utilisateur. De cette manière, le système ne recourt à la chaîne que pour les transferts de valeur en s’occupant des autres ordres séparément, réduisant ainsi les frais en Gas correspondants.

 

Que sont les Relayers, les Makers et les Takers ?

 

Les relayers sur lesquels le protocole 0x repose sont responsables de la diffusion des ordres à travers des order books qui peuvent être privés ou publics. Comme ils hébergent ces order books eux-mêmes, ces participants apportent leur propre liquidité au sein du réseau et font en quelque sorte office d’exchanges individuels. La différence principale tient au fait que les relayers ne sont pas en mesure d’exécuter de trades. À la place, ils jouent le rôle d’intermédiaires qui présentent et diffusent les ordres issus des makers du réseau. C’est ensuite aux takers de soumettre la signature du maker ainsi que la leur à un smart contract appartenant à un exchange décentralisé, ce qui permet de traiter l’ordre. Chaque fois qu’une transaction est validée, le relayer reçoit une commission en tokens ZRX, la devise native du protocole 0x.

 

À quoi servent les tokens ZRX ?

 

Le token ZRX lui-même possède des particularités qui lui sont propres. Comme le protocole 0x dans son ensemble est basé sur le système Ethereum, il n’est pas surprenant que 0x (ZRX) soit, lui aussi, un token Ethereum. Au-delà de sa fonction de devise interne du réseau, il sert également d’outil permettant la gestion décentralisée du système de mise à jour du protocole. 


En pratique, détenir des tokens de ZRX autorise à avoir une voix quant à la manière dont 0x peut être amélioré, la direction dans laquelle il peut évoluer, etc. Le « poids » décisionnaire de chaque personne est proportionnel à ses actifs. Ceci est particulièrement important pour ceux qui utilisent le protocole 0x (ZRX), parce que leur choix vient souvent de certains avantages qu’ils lui trouvent dans sa forme actuelle, qu’ils ne souhaiteraient pas voir altérer. Dans d’autres cas, les développeurs se tournent vers lui pour son potentiel, et ils savent que posséder du ZRX leur permettra de proposer des suggestions basées sur leurs besoins spécifiques, présents et futurs.

 

Où acheter des 0x (ZRX) ?

 

Devenir un relayer au sein du réseau 0x (ZRX) n’est évidemment pas le seul moyen d’obtenir ce précieux token. Il est ainsi possible d’acheter du 0x, de vendre du 0x ou encore d’échanger ces tokens contre d’autres crypto-monnaies sur de nombreux exchanges centralisés et décentralisés. Même Bitit propose d’acheter du ZRX à ceux qui apprécient la simplicité et souhaitent pouvoir tirer parti de divers moyens de paiement. Considéré comme un actif à part entière, ce token occupe le rang 47 du Market Cap (au moment où nous rédigeons ces lignes). Le prix du 0x est actuellement légèrement supérieur à 0,2 $ USD.

 

Où stocker des 0x (ZRX) ?

 

Les options de stockage applicables au ZRX sont nombreuses, car celui-ci est traité comme un token ERC20 (et obéit donc aux règles et standards qui régissent le réseau Ethereum). Comme c’est le cas pour n’importe quel autre actif crypto, il est primordial d’opter pour une solution parfaitement sécurisée qui, dans l’idéal, ne devrait pas stocker les clés privées en ligne. Les wallets web sont généralement les moins fiables, les portefeuilles mobiles ou de bureau proposent parfois un compromis raisonnable, tandis que les wallets physiques (Trezor, Ledger Nano S, etc.) offrent le plus haut niveau de garanties.


Grâce au protocole 0x, le trading de wallet à wallet peut être réalisé sans avoir recours à un exchange centralisé. De plus en plus de projets de type DApps, par exemple, l’intègrent dans leur développement. Cela leur permet d’opérer rapidement et à moindre coût sans devoir renoncer aux aspects sécurité et gestion personnelle des actifs. Quant aux smart contracts, ils améliorent la sécurité globale du protocole. Parfaitement en phase avec les principes qui font de la cryptographie un moyen si différent d’envisager la finance, les exchanges décentralisés sont une nécessité qui ne cessera pas de gagner en pertinence. La demande pour des solutions de trading sécurisées et trustless (ou sans fiducie) continue d’augmenter. Entretemps, 0x (ZRX) constitue une solution pratique et complémentaire aux plateformes d’échange où le lien entre le monde cryptographique et le monde fiduciaire doit demeurer pour le moment.