Pouvoir échanger et convertir instantanément des crypto-monnaies indépendamment de tout échange centralisé est un objectif que de nombreux projets cherchent à atteindre. Alors que les temps de traitement longs et les vulnérabilités dont les DEX ne peuvent se défaire ne satisfont pas, la plupart des solutions décentralisées possèdent leurs propres inconvénients. Les liquidités, par exemple, représentent une complication qui empêche les réseaux de proposer du trading on-chain sans devoir compter sur un order book pour gérer des trades parfois onéreux.


L’objectif de Kyber Network (KNC) est donc de fournir un échange décentralisé on-chain et sans order book pour faciliter des mouvements instantanés, sécurisés et à moindres frais. Notre guide Kyber Network vous explique tout ce qu’il faut savoir.

 

La crypto-monnaie Kyber Network : Présentation et définition

 

La plupart des projets crypto impliquent un token propriétaire sans lequel le protocole ne peut pas être utilisé. Ces coins sont souvent obtenus par minage, ou doivent être trouvés sur un exchange proposant la monnaie en question pour pouvoir échanger d’autres tokens que l’on possède déjà contre celle-ci. À moins d’être forcé de commencer par échanger ces tokens contre, par exemple, du Bitcoin, pour pouvoir enfin acheter la monnaie que l’on souhaite grâce à celui-ci. C’est essentiellement cette procédure compliquée que Kyber rend inutile.


Kyber Network (KNC) apporte un moyen décentralisé d’échanger des ETH et d’autres tokens ERC-20 sans inscription ou temps d’attente grâce à un procédé instantané. Pour ce faire, une réserve de diverses cagnottes (ou pools) de liquidités est conservée, couvrant de nombreux actifs crypto. Ces réserves de fonds crypto, sous la forme de smart contracts, comprennent 70 jetons ERC20 différents. Les réserves sont contrôlées par plusieurs partis ayant chacun son propre niveau de financement et prix. Le protocole Kyber identifie l’offre la moins chère. Quant aux réserves, elles capitalisent sur la différence entre le prix d’achat et le prix de vente.


Axée sur la compatibilité et la simplicité pour les développeurs, la technologie du réseau Kyber peut être intégrée à n’importe quelle blockchain propulsée par des smart contracts grâce à une architecture qui supporte une grande diversité de protocoles. Cela signifie que l’infrastructure Kyber peut être employée par des wallets, des marchands ou encore des Dapps. Même d’autres exchanges peuvent aussi incorporer cette technologie.

 

Comment fonctionne Kyber Network (KNC) ?

 

Bien qu’il puisse être utilisé comme un exchange, le principal avantage de Kyber Network (KNC) est qu’il constitue une véritable solution de virement de pair à pair. Sa grande force tient dans son système de réserve qui permet à une personne d’envoyer certains tokens et à une autre de recevoir des tokens complètement différents. Kyber s’occupe de l’échange et de la conversion pendant que les fonds passent d’un portefeuille à l’autre.


Plus spécifiquement, Kyber Network (KNC) commence par vérifier que l’émetteur a placé suffisamment de fonds dans sa propre devise (par exemple, ETH) sur le smart contract pour assurer la conversion. Une fois approuvé, le contrat libère une somme correspondante dans la devise choisie par le destinataire (par exemple, REP) en se servant de la cagnotte de réserve. Kyber utilise les liquidités présentes de manière effective sur la plateforme pour envoyer des REP et remplit sa liquidity pool d’ETH dans le même temps, tout en ajoutant une petite somme pour les frais de gestion. Tout se passe comme si l’émetteur réalisait un virement instantané mais, en réalité, les fonds d’origine ne sont pas les mêmes que les fonds reçus par le destinataire de la transaction.


Kyber Network (KNC) dépend de plusieurs entités remplissant divers rôles pour y parvenir. Les « utilisateurs » sont les individus, marchands ou autres organisations qui envoient ou reçoivent les fonds. Les liquidités sont importées sur la plateforme par des « entités de réserve » pouvant être hébergées soit par un tiers, soit de manière interne. Celles-ci sont considérées comme publiques si les fonds sont fournis par des « contributeurs de réserve », et privées lorsque ce n’est pas le cas. Ce système permet d’éviter efficacement toute centralisation. Les taux de change sont calculés et entrés dans le réseau par un « gestionnaire de réserve » chargé d’entretenir celle-ci. Enfin, le rôle « d’opérateur » du Réseau Kyber consiste à ajouter ou à retirer des entités de réserve et à contrôler la liste des tokens supportés.


Le système Kyber Network (KNC) tout entier s’articule autour d’une Dynamic Reserve Pool (ou cagnotte de réserve dynamique). Celle-ci est utilisée pour maintenir les liquidités en contenant toutes les entités de réserve détenues par le réseau, s’assurant ainsi de l’absence de monopole.

 

Le Token KNC

 

Kyber Network Crystal — également nommé KNC — est le token ERC-20 du réseau. Il est principalement utilisé par le gestionnaire de réserves qui l’achète pour faire fonctionner les réserves. À chaque échange, des frais sont imputés à la réserve sous la forme de KNC pour couvrir les coûts de gestion et récompenser les tiers qui apportent du volume d’échange au réseau. Kyber Network (KNC) étant une monnaie déflationniste, les tokens restants sont brulés, ce qui réduit graduellement l’approvisionnement.


Lors de l’ICO de Kyber, 226 000 000 KNC ont été créés, dont 60 % ont été partagés entre les participants. Au moment où nous écrivons, Kyber Network (KNC) occupe le rang 41 du market cap et le nombre de tokens en circulation dépasse légèrement 180 000 000 KNC.

 

Pourquoi utiliser Kyber Network ?

 

Un scénario d’utilisation typique de Kyber Network serait un vendeur permettant à un client de payer en employant la devise de son choix, sachant qu’il pourra recevoir les tokens avec lesquels son entreprise fonctionne. Pas d’inscription, pas de création de compte : un wallet compatible suffit amplement.


Les utilisateurs de Dapps peuvent également compter sur Kyber pour interagir avec des Dapps pour lesquels ils ne possèdent pas les tokens spécifiques. Ils ont ainsi la possibilité d’échanger leurs propres devises contre les coins en question à l’instant même où ils en ont besoin. Kyber Network (KNC) est construit sur la blockchain d’Ethereum, que beaucoup connaissent bien, et propose des transactions transparentes et vérifiables afin que les deux partis puissent être assurés que tout se déroule comme il se doit.

 

Comment acheter des KNC sur Bitit ?

 

Si détenir des KNC n’est pas un prérequis pour utiliser le réseau, ces derniers sont nécessaires pour ceux qui veulent y participer en y jouant un rôle. Vous pouvez aussi décider d’acheter des KNC en tant qu’investissement ou pour les trader comme n’importe quel autre actif.


Bien que le KNC constitue une paire de trading avec Bitcoin sur certains exchanges et que (dans une moindre mesure) Ethereum puisse être tradé contre ces tokens, le procédé peut être fastidieux et chronophage. C’est en cela que Bitit change la donne, en offrant une interface simple à partir de laquelle il est possible d’acheter du Kyber Network (KNC) sans aucune condition.


Bitit fonctionne comme n’importe quel site de e-commerce. Vous pouvez vérifier le taux de change en temps réel pour le KNC contre votre devise fiat de choix et indiquer combien vous souhaitez dépenser. Validez votre commande avant de passer au paiement : Bitit accepte les cartes bancaires, les espèces et les virements.


Vos tokens KNC sont ensuite transférés vers votre wallet automatiquement et en quelques minutes seulement.

 

Comment stocker des KNC ?

 

Comme n’importe quelle autre crypto-monnaie, les coins Kyber Network (KNC) nécessitent une solution de stockage parfaitement sécurisée, et ce, que vous prévoyiez de stocker vos tokens à court ou à long terme.


S’agissant d’un token ERC-20, le KNC peut être conservé sur pratiquement n’importe quel wallet compatible avec l’ETH. MyEtherWallet est souvent cité comme une option fiable si vous êtes à l’aise avec l’idée de stocker vos actifs en ligne.


Dans tous les cas, l’alternative la plus sûre est celle des portefeuilles de type hardware, tels que le Ledger Nano S ou le Trezor. Cependant, un portefeuille papier peut aussi être une solution correcte et bien moins onéreuse.


L’actualité Kyber Network indique que, depuis son lancement initial, ce protocole de liquidités on-chain s’est mis à gagner de la vitesse. L’un des principaux inconvénients de Kyber Network, qui est le manque d’opportunités et d’incitation à davantage de croissance au sein de son propre écosystème, est en passe d’être réglé. La mise à jour Katalyst créera en effet de nouveaux scénarios d’utilisation pour le KNC. Ses partenariats avec diverses entreprises de blockchain contribuent également à cimenter le statut de Kyber Newtork (KNC). Ce dernier pourrait un jour devenir une solution d’échange tout en un.