La cryptographie ne représente plus un monde obscur et restreint où le Bitcoin fait figure d’autorité suprême. De plus en plus d’applications sont découvertes autour des crypto-monnaies et de la technologie qui les accompagne et la communauté scientifique manifeste elle aussi de l’intérêt envers leur développement. Construit sur des recherches évaluées par des comités de pairs et sur la philosophie des sciences, c’est de là qu’émane Cardano (ADA).


Découvrez ce qu’il faut savoir sur cette plateforme de contrats intelligents et sur son token dans notre guide sur Cardano.

 

Présentation et définition de la crypto-monnaie Cardano

 

Salué pour son niveau de sécurité ainsi que pour sa scalabilité, Cardano (ADA) repose sur une architecture en layers (ou couches) qui est la première en son genre. Le projet possède des points communs avec Ethereum et a été conceptualisé par l’un des co-fondateurs de cette célèbre plateforme, Charles Hoskinson. Son objectif en imaginant la blockchain Cardano était d’utiliser Ethereum en tant que base et de le rendre plus pertinent, plus abouti. Le système est si évolué qu’il nécessite non moins de trois organismes pour entretenir ses remarquables proportions : la Fondation Cardano elle-même, IOHK (Input Output Hong Kong – une entreprise de recherche et de développement) et Emurgo (un développeur japonais, allié et incubateur d’initiatives commerciales liées à la blockchain).


La raison pour laquelle Cardano (ADA) a obtenu le soutien de tant d’acteurs est qu’il s’agit d’un projet blockchain très différent des autres. Selon Hoskinson, ce dernier constitue ce que l’on pourrait décrire comme une blockchain troisième génération. Tandis que Bitcoin concernait la création d’une forme d’argent entièrement nouvelle et de virements décentralisés, Ethereum a rendu la technologie blockchain encore plus pertinente grâce aux smart contracts. Pour ce faire, une solution a été développée, permettant l’échange de n’importe quel type d’actif, qu’il s’agisse de devises, de parts, de biens mobiliers ou immobiliers etc. Le problème principal qu’ont rencontré les blockchains de première et seconde génération, cependant, était la scalabilité, que Cardano et son algorithme proof of stake ont été créés pour résoudre.


Contrairement à ses prédécesseurs, le système vise un « High Assurance Code » conditionné par des recherches académiques menées par des pairs et par la philosophie des sciences.


Il en résulte un certain nombre de principes sur lesquels les designs, les bonnes pratiques et les projets d’avenir sont basés. Par exemple, le site web de Cardano liste parmi ses éléments fondamentaux :

  • Des modules séparés dédiés à l’implémentation des composants essentiels

  • Une équipe interdisciplinaire d’experts InfoSec

  • Des recherches sanctionnées par des pairs en concurrence avec des développeurs et universitaires

  • Une haute évolutivité

  • Un mécanisme de financement décentralisé

  • Des procédés reposant sur des normes

Ceux-ci ne sont que quelques-uns des fondements auxquels obéit Cardano (ADA).

 

Comment fonctionne Cardano (ADA) ?

 

Pour atteindre la scalabilité qui manque aux autres systèmes, Cardano s’intéresse au throughput (transactions par seconde), à la scalabilité des données et au réseau.


Bitcoin vérifie les transactions grâce à la preuve de travail et Ethereum utilise la preuve d’enjeu classique. L’un des avantages du Cardano, en revanche, est que le système s’appuie un algorithme de preuve d’enjeu « prouvé sûr » (provably secure) nommé Ouroboros. Le problème majeur avec les consensus de type Proof of Work est qu’ils nécessitent d’immenses quantités d’énergie pour fonctionner. Cela signifie que plus une configuration de minage est puissante, meilleures sont ses chances de trouver le hash correct. Ainsi, les grosses fermes de minage possèdent un avantage considérable sur les individus ou sur les pools de minage plus modestes. Il en résulte que la preuve de travail n’est pas aussi décentralisée qu’autrefois.


La Preuve d’Enjeu évite de tels monopoles en virtualisant complètement le processus de minage. Elle requiert de ses validateurs qu’ils bloquent une partie de leurs jetons en guise d’enjeu avant de procéder à toute validation ou ajout sur la chaîne. Pour ce faire, ils placent un pari sur un bloc qu’ils estiment correct et reçoivent des frais de transaction lorsqu’ils ont vu juste. Cardano (ADA) et son algorithme Ouroboros examinent la distribution des tokens au sein de l’écosystème et en déduisent ce que l’on nomme des « ères » (epochs en anglais) à partir d’une source de chiffres aléatoires. Chacune dure environ 20 secondes et est subdivisée en créneaux plus courts pour lesquels un Leader est sélectionné au hasard. Chaque Leader choisit un seul bloc à ajouter à la chaîne. Les Leaders de Slots (ou créneaux) eux-mêmes sont élus parmi les détenteurs de Cardano (ADA) par ceux sélectionnés précédemment. Un dispositif de calcul multipartite assure que la procédure est suffisamment arbitraire. Ainsi, pour nommer les prochains Slot Leaders, les électeurs doivent effectuer une action de type « pile ou face » et comparer les résultats avec ceux des autres électeurs jusqu’à arriver à une valeur sur laquelle chacun est d’accord.


La phase d’engagement (ou commitment phase) implique un électeur générant une valeur aléatoire (qui est gardée secrète) pour former un « engagement » qui contient la preuve de secret et les parts cryptées. L’engagement est signé grâce à la clé privée de l’électeur et étiqueté du numéro d’epoch et de la clé publique de l’électeur. Ceci le rend complètement identifiable, et les électeurs récupèrent les engagements de leurs pairs pour les intégrer à la chaîne.


Comme les engagements comprennent une valeur secrète, une phase de révélation consiste ensuite à utiliser une valeur de type clé — nommée opening ou « ouverture » — pour les déverrouiller. Chaque électeur ajoute sa propre ouverture à la chaîne. S’ensuit une phase de récupération (ou recovery), qui se produit une fois que les électeurs ont entre les mains les engagements et les ouvertures. Dans le cas où un électeur distribuerait son engagement sans ouverture correspondante, la valeur secrète qu’il contient serait reconstituée par les électeurs honnêtes grâce au protocole de tolérance aux fautes byzantines d’Ouroboros. En révélant les valeurs secrètes que les engagements détiennent, les électeurs génèrent ensuite un seed partagé entre eux tous. Ce seed représente l’élément aléatoire servant à la sélection des Slot Leaders de l’ère suivante.


Pour préserver la scalabilité du système Cardano (ADA), la pertinence des données est étudiée. Au lieu de rendre toutes les données disponibles pour tout le monde à tout moment, seuls les éléments nécessaires pour s’assurer qu’une transaction est légitime sont conservés sur le réseau. Un cloisonnement est également employé et permet aux utilisateurs de ne stocker que les données qui les concernent directement.

 

Le Token ADA

 

Cardano (ADA) rêve d’un monde où les crypto-monnaies peuvent être transférées de chaîne à chaîne. Grâce au concept des chaînes secondaires, où la chaîne principale possède des chaînes secondaires évoluant en parallèle pour créer une interopérabilité, ceci devient possible.


Le Token ADA est considéré comme une crypto-monnaie de troisième génération parce que la blockchain avec laquelle il est associé est soumise à un strict de procédé d’examen par des pairs. Propulsant la blockchain Cardano, les jetons servent d’enjeu (ce qui est cité parmi les inconvénients du Cardano) dans l’approche qu’a le système de la gouvernance. Ils peuvent aussi être échangés de la même manière que n’importe quel autre altcoin. Ce token peut être tradé rapidement et efficacement et supporte smart contracts et applications. Au moment où nous écrivons, ADA occupe le rang 11 au Market Cap.

 

Pourquoi utiliser Cardano ?

 

Cardano (ADA) pourrait être employé pour faire fonctionner une grande variété d’applications financières que les gouvernements, corporations et individus du monde entier utilisent régulièrement. Grâce à l’architecture en layers de la plateforme, celle-ci est hautement évolutive et fournit un outil idéal pour gérer les smart contracts ou pour faire tourner des DApps. Elle ouvre ainsi des secteurs tels que ceux des banques ou de l’aérospatiale à la cryptographie. Les systèmes de jeux et de jeux d’argent, de gestion des identités et bien d’autres encore peuvent également bénéficier d’ADA.


Comme le protocole Ouroboros Hydra pourrait théoriquement supporter jusqu’à un million de transactions sécurisées par seconde, son potentiel surpasse largement celui de VISA, par exemple, qui peut tout au plus en gérer un maximum de 24 000. Les micropaiements ou contrats d’assurance pourraient grandement bénéficier de cette solution évolutive.

 

Comment acheter des Cardano (ADA) sur Bitit ?

 

L’actualité Cardano a généré de l’intérêt pour cette crypto-monnaie, en faisant un actif convaincant que de nombreuses personnes souhaitent acquérir, qu’elles désirent participer au procédé de validation de sa blockchain ou non. Acheter des Cardano (ADA) sur Bitit est particulièrement simple et vous permet d’obtenir vos tokens ADA en quelques minutes seulement. Créez un compte en suivant quelques étapes faciles, dirigez-vous vers le Dashboard de Bitit et vérifiez combien d’ADA vous pouvez recevoir pour la somme que vous souhaitez dépenser dans votre propre devise avant de passer au paiement. Vos tokens sont envoyés directement sur votre wallet.

 

Comment stocker des Cardano (ADA) ?

 

Cardano (ADA) propose sa propre solution grâce à laquelle les utilisateurs peuvent créer un portefeuille papier gratuit (et considéré comme sécurisé) et procéder à des transactions nativement. Il s’agit d’une option très pratique pour ceux qui veulent tirer pleinement parti de ce token.


Bien entendu, il existe aussi d’autres alternatives de wallets fiables. Les portefeuilles physiques, comme le Ledger ou le Trezor, constituent d’excellents choix, de même que les wallets mobiles (certes, moins sûrs) tels qu’Exodus. Comme toujours avec les crypto-monnaies, il est déconseillé de stocker des quantités importantes de jetons sur un support autre qu’un cold wallet.