Nombreux sont ceux qui s’accordent à dire que 2020 sera l’année des crypto-monnaies. Il est vrai que 2019 a clairement su placer Bitcoin sur le devant de la scène et prouver aux détracteurs des crypto-devises que le monde de la finance doit, au contraire, se préparer à de grands bouleversements.

Cependant, pour le Ripple (XRP), le cours de la devise n’a pas connu une montée en flèche aussi convaincante. Celle-ci a en effet perdu beaucoup de sa valeur sur cette période. Pour autant, les évènements du mois de janvier annoncent peut-être un futur prometteur pour cet actif.

Pour mieux comprendre le Ripple et l’avenir qui pourrait se profiler, faisons un point sur les deux notions.

 

Ripple, XRP : comment s’y retrouver ?

 

Pour pouvoir donner sur le Ripple un avis constructif, il est important de tenir compte des éléments qui le différencient des autres cryptos. En effet, le protocole Ripple a pour objectif de constituer un système de paiement centralisé au sein duquel les transactions sont effectuées en XRP (Ripple, la devise).

Contrairement à d’autres crypto monnaies comme le Bitcoin, le Ripple ne se mine pas. Tous les jetons (au nombre de 100 milliards en tout) ont été créés au lancement du Projet Ripple. Ils sont libérés graduellement par la direction de Ripple, qui demeure en possession de la grande majorité des tokens existants.

Quant au protocole Ripple, il s’agit d’un système de règlement brut en temps réel (RBTR). Il permet de transférer des fonds à l’international de manière extrêmement rapide (1500 transactions par seconde) et à très faible coût grâce à la blockchain. En pratique, ce protocole open source convertit n’importe quelle devise en Ripple (XRP), l’envoie d’une banque à l’autre via le réseau Ripple et la convertit à nouveau dans la devise choisie par le destinataire. 

Concernant la devise Ripple, les avis divergent en raison de cette promiscuité qu’entretient la société Ripple avec les institutions financières réglementées. En effet, si le Ripple présente un protocole décentralisé, seuls quelques opérateurs sélectionnés par Ripple sont autorisés à procéder à des opérations sur le réseau. Ces acteurs sont des banques, de grandes entreprises ou encore des instituts de recherche tel le MIT. Beaucoup voient en Ripple un intervenant qui permet aux banques de tirer parti d’une technologie prévue, à l’origine, pour se passer de leurs services.

Le système dépend donc d’une centralisation importante. La différence entre la quantité de XRP en circulation et celle des tokens existant (ou le nombre total de tokens) est par ailleurs immense. Associé à la volatilité élevée de la devise, cet écart peut aussi porter préjudice au Ripple, des avis considérant que celui-ci pourrait être appelé à devenir la cryptomonnaie des banques. En revanche, le protocole Ripple permettant d’effectuer des transactions à l’international en 5 secondes et avec très peu de frais joue en la faveur de la société, de même que ses partenariats de plus en plus nombreux.

 

Ripple : avis sur l’année 2019

 

L’année 2019 n’a pas été des plus fastes pour le Ripple qui, contrairement à nombre d’autres devises, a enchaîné les dévaluations, finissant par passer, au mois de novembre, de 0,31 à 0,21 dollar américain. Le prix du XRP a même atteint 0,17 $ le 18 décembre 2019. Cette baisse des cours peut s’expliquer par un déversement massif de XRP, des avis dénonçant une politique abusive et manipulatrice de libération des jetons sur le marché au mois d’août. La situation a d’ailleurs poussé des détenteurs de Ripple à organiser une pétition sur Change.org exhortant la direction à cesser ce dumping de XRP qui, selon eux, était responsable de la chute inexorable du cours de la cryptodevise. D’autres ont vu en cette stratégie une logique cohérente sur le long terme. D’après les défenseurs du Ripple, cette pratique visait à préparer le terrain pour les investisseurs institutionnels.

Concernant les progrès de Ripple, l’avis de Brad Garlinghouse, PDG de la firme, est au contraire très positif dans un contexte où l’accélération de son développement atteste justement de son succès.

Et en effet, si le cours du XRP a chuté en 2019, l’avenir de Ripple semble reposer sur des partenariats toujours plus nombreux.

Par exemple, Ripple a investi 50 millions de dollars dans MoneyGram le 25 novembre 2019 dans le cadre d’une collaboration avec cette entreprise et de l’intégration du service « On-Demand Liquidity » de Ripple à son offre. Depuis, plus de 100 millions de XRP ont transité sur les canaux de paiement MoneyGram.

Plus récemment, la plus vieille banque de Thaïlande, la Siam Commercial Bank, s’est associée à Ripple pour lancer une application mobile. L’interface permettra de faciliter les transactions transfrontalières et entraînera une réduction importante de leurs coûts. Les marchés émergents sont d’ailleurs au cœur de la stratégie de Ripple. En février 2018, la société avait ainsi déjà officialisé un partenariat avec la plus grande banque d’Amérique du Sud, qui a rejoint le Japon et la Corée du Sud dans leur adoption de la technologie Ripple.

Fin décembre 2019, Ripple a annoncé une levée de fonds de 200 millions de dollars en série C auprès de Route 66 Ventures, de SBI Holdings et de Tetragon. Cet évènement marque ce que Garlinghouse considère comme « une année record pour l’entreprise ». Les projets d’expansion de Ripple semblent donc loin de s’essouffler. La compagnie a ainsi publié 49 offres d’emploi tout début 2020 dans des pays tels que l’Inde, le Japon, Singapour, le Brésil, Dubaï, les États-Unis et le Royaume-Uni. Concernant le Ripple, l’avis général est même qu’une IPO paraît tout à fait probable dans les mois à venir.

Malgré une chute monumentale du cours de son jeton, 2019 a été synonyme d’une croissance jusqu’alors inégalée pour Ripple. La base de clients de la firme a en effet augmenté de 50 %, portant à 300 le nombre total des clients de Ripplenet (le réseau mondial de paiement de Ripple). Ces derniers se répartissent sur 6 continents et dans plus de 45 pays.

 

Ripple : avis sur l’avenir du XRP

 

Au vu de cet engouement, le Ripple peut-il exploser dans les années à venir ?

Bien entendu, se positionner de manière aussi tranchée et prétendre savoir où en sera le Ripple dans 5 ans ne serait pas réaliste. Cependant, sans se lancer dans une prévision sur Ripple quant à son prix exact, il demeure possible d’examiner les facteurs qui pourraient l’influencer.

De manière générale, la santé d’un actif est étroitement liée aux activités de la société qui en est à l’origine. Ainsi, le cours du XRP est remonté soudainement de 45 % en mai 2019, quand les clients new-yorkais d’une entreprise de fintech ont appris via Twitter qu’ils pourraient désormais se procurer du Ripple sur sa plateforme. Les institutions financières, par exemple, semblent toujours plus nombreuses à souhaiter s’ouvrir aux promesses de la crypto. En principe, plus les organisations financières adoptent en masse l’utilisation de la devise, plus son prix peut augmenter.

Les futurs partenariats que la firme Ripple paraît vouée à conclure au cours des années à venir laissent donc présager de nouvelles hausses. Un cours élevé pourrait éventuellement se maintenir si la direction ne continue pas dans sa logique que certains osent qualifier d’auto-sabotage. Même si de telles stratégies semblent reposer sur une analyse mûrement réfléchie par Garlinghouse, il n’en demeure pas moins que les possesseurs de XRP n’apprécient pas d’en faire les frais. C’est en effet principalement sur ce point que, concernant le Ripple, les avis divergent : injecter massivement des jetons pour attirer les investisseurs quitte à dévaluer temporairement le XRP est-il réellement bénéfique à l’évolution globale de Ripple ?

Une chose est sûre : l’XRP a su conserver son rang au Market Cap et se maintient à la 3ème place sur le podium des crypto-monnaies. Cette position continue à convaincre que le Ripple mérite d’être considéré comme une crypto porteuse d’avenir.

Enfin, le développement des solutions concurrentes (comme celles sur lesquelles travaillent IBM, Facebook ou encore JP Morgan) est à surveiller. Les nouveaux acteurs d’un marché aussi fluctuant que celui des cryptomonnaies ne manquent en effet pas d’influer sur celui-ci.

 

Comment acheter du Ripple ?

 

Si vous souhaitez acheter du Ripple, gardez à l’esprit que, de même que toutes les cryptomonnaies, il s’agit d’un actif volatil qui ne devrait jamais être estimé comme « sûr ». Veillez donc à limiter vos placements à une somme d’argent que vous êtes prêt à perdre.

Si vous vous demandez comment acheter des Ripple, sachez que cette devise est disponible sur divers exchanges qui permettent de se procurer des XRP en échange d’euros, de dollars ou de diverses monnaies fiat. Si vous possédez d’autres tokens (du Bitcoin, par exemple), les options sont encore plus nombreuses. Dans le cas où vous n’auriez pas l’habitude des plateformes de trading, il est plutôt conseillé de passer par un espace dédié à l’achat et à la vente de crypto comme Bitit. Vous pourrez ainsi faire vos premiers pas dans l’univers des cryptodevises en minimisant les risques.

 

Comment stocker vos XRP ?

 

Concernant Ripple, notre avis est qu’il est nécessaire de prendre les mêmes précautions pour son stockage que pour n’importe quelle autre cryptomonnaie.

Un wallet Ripple est donc particulièrement recommandé. Deux solutions s’offrent alors à vous.

 

Le wallet online (Portefeuille en ligne)

 

Il est déconseillé de stocker vos cryptodevises sur votre exchange de prédilection, car vos coins demeurent alors la propriété de la plateforme en question. Un wallet de type software peut donc être un bon compromis pour ceux qui ne souhaitent pas investir dans un portefeuille physique.

Les wallets Ripple exigent de posséder au moins 20 XRP pour être ouverts. Cela signifie que bien choisir son wallet online est essentiel.

Les avantages des wallets en ligne sont nombreux. Ils sont notamment accessibles depuis presque n’importe quel appareil connecté, ce qui peut être très pratique. Tournez-vous dans ce cas vers une option de stockage hors ligne pour vos clés privées. Vous vous prémunirez ainsi contre d’éventuelles cyberattaques.

Des applications existent pour stocker vos devises sur votre smartphone, sur un ordinateur ou sur le web. Cette dernière option n’est pas la plus sécurisée, car vos informations sont conservées sur le serveur de l’entreprise qui met le wallet à votre disposition.

 

Le wallet offline (le portefeuille physique)

 

Les wallets physiques (comme le Trezor ou le Ledger Nano S) peuvent être comparés à des clés USB sur lesquelles vos cryptodevises sont stockées hors ligne. Capables de générer des clés privées et des signatures numériques sans la moindre connexion, ces wallets sont pour ainsi dire inviolables.

Ces portefeuilles offrent un niveau de sécurité optimal… du moment que vous ne les égarez pas !

 

Grâce à son architecture qualitative et à sa grande efficacité dans le domaine des transferts interbancaires, Ripple se positionne en tant qu’acteur de poids vis-à-vis des banques et des entreprises multinationales. Il s’agit d’ailleurs de la raison principale pour laquelle le XRP demeure controversé. Ceux qui voient la crypto comme un moyen de s’affranchir du joug des banques peuvent reprocher à Ripple son manque de « jusqu’au-boutisme ». Mais le système financier actuel n’étant pour l’heure pas prêt pour une refonte totale, la technologie Ripple offre peut-être une entrée en matière convaincante qui pourrait justifier qu’elle ait de beaux jours devant elle.